Le Parti de Gauche d’Aulnay-sous-Bois a tenu réunion vendredi 30 mars dernier. Pour ce premier rendez-vous, auquel ont participé plus de vingt personnes, le ton était celui de l’espoir, de la mobilisation, de l’intelligence. Christophe Dubois (dit Chriso) a ouvert la séance en disant l’importance du Parti de Gauche à Aulnay et pour le Front de Gauche. Juliette Prados, co-secrétaire du PG en Seine-Saint-Denis, évoquera les raisons et les conditions de la création et du développement du PG. Le PG c’était un pari, un engagement fort en vue de redonner force à la gauche, précisera-t-elle. L’audience qu’il rencontre, et que rencontre la candidature de Jean-Luc Mélenchon, correspond à ce qui intéresse le peuple : rompre avec les politiques délétères tant au plan national qu’au plan international. Rompre, cela veut dire, selon l’oratrice, mobiliser largement et agir pour l’égalité en droit, pour un partage équitable des richesses, pour abolir le chômage, pour éradiquer la précarité et la pauvreté. Mobiliser largement, c’est-à-dire rassembler à gauche pour devenir la force nécessaire à la réalisation du changement. Rassembler pour s’appuyer sur l’intelligence collective et donc pouvoir agir sur tous les plans et à tous les niveaux, du local au national et à l’international : emploi, santé, logement, éducation, jeunesse, culture, etc.

 

Marie Jeanne Queruel et Thomas Lermusiaux, candidats aux élections législatives de juin 2012, étaient présents. Ils sont intervenus pour dire l’attachement du parti communiste au Front de gauche dont l’objectif est bien de peser et si possible de gagner les élections. De nombreuses interventions et questions ont permis un débat animé, sans détours. Tout dire et ne pas esquiver les problèmes difficiles sur lesquels il est nécessaire d’approfondir et de solliciter la population pour qu’elle s’empare du débat et se prononce lors des élections futures ou par référendum, par exemple sur la question nucléaire. Les aspects débattus lors de cette réunion du PG ont été nombreux. Outre l’espoir  et la force que représente le Front de Gauche, et pour n’en citer que quelques-uns, citons : le pouvoir d’achat et l’emploi, la dégradation de l’école, l’avenir des jeunes, le rejet des traités actuels qui fondent l’Union européenne anti-sociale, l’euro, le pernicieux mécanisme européen de stabilité, les questions internationales et du Moyen Orient…